Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/01/2013

Au début était le terrorisme par Ronald Bleier - partie 1 -

Une bonne part de l’histoire du terrorisme du Moyen-Orient actuel a été jetée dans le puits de la mémoire d’Orwell, en raison d’une campagne très efficace au cours des 50 dernières années pour supprimer les informations préjudiciables à Israël.

Faire sauter un bus, un train, un bateau, un café ou un hôtel, assassiner un diplomate ou un négociateur de paix, tuer des otages, envoyer des colis piégés, massacrer des villageois sans défense, c’est, comme on le sait, du terrorisme. Dans le Moyen-Orient moderne, ça a commencé par les sionistes qui fondèrent l’Etat juif.

Le péché originel

Le péché originel d'Israël est le sionisme, l’idéologie pour laquelle un Etat juif doit remplacer la Palestine précédente.

A la racine du problème se trouve l’exclusivisme sioniste par lequel seuls les juifs sont traités comme citoyens de première classe. Pour créer et consolider un Etat juif en 1948, les sionistes ont expulsé 750.000 Palestiniens de chez eux et n’ont jamais permis à eux ni à leurs descendants de revenir.

De plus, les forces israéliennes ont détruit plus de 400 villages et perpétré près de trois douzaines de massacres. En 1967, les Israéliens ont forcé 350.000 Palestiniens à fuir la Cisjordanie et Gaza, et 147.000 Syriens à partir des hauteurs du Golan. Depuis 1967, Israël a mis la population entière des territoires sous occupation militaire.

Les effets de la dépossession des Palestiniens et d’autres Arabes nous suivent, avec les vies détruites de millions de gens directement touchés, et aussi comme signe de la guerre de l'occident contre la nation arabe entière et les musulmans partout.

On peut avancer que le péché originel du sionisme et ses effets sur les peuples du Moyen-Orient ont été au centre de la motivation derrière les événements du 11 septembre, dont la conséquence la plus importante a été la " guerre contre le terrorisme " en cours qui étouffe notre paysage politique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.